Quelques fois, Marc songeait à comment était-il arrivé à cela ? C’est à l’âge de 15 ans que sa vie à basculer. Son père travaillait dans le bâtiment comme chef de chantier. Il avait sous ses ordres une quarantaine d’ouvriers et gagnait bien sa vie. Il était grand et fort. Lorsqu’il franchissait une porte, il baissait la tête protégeant ses cheveux légèrement grisonnants. Lorsqu’il rentrait le soir, il aimait jouer avec ses enfants, les soulevant jusqu’au plafond ou en faisant l’avion. Marc refusait de faire l’avion avec son père car il lui disait qu’il était trop grand pour cela.

Et puis deux mois après avoir soufflé ses cinquante deux bougies, les gens le trouvèrent bizarre. Au travail, il commença par demander continuellement les mêmes choses aux mêmes personnes. Il a dû abandonner puisque ses souvenirs les plus récents s’effaçaient. Il se retrouva à l’hôpital pour des examens de routines. C’est là qu’il apprit qu’il était atteint de la maladie d’Alzheimer. Il se souvenait de son fils aîné mais hélas pas de Marc et encore moins des quatre derniers. Souvent, allongé sur le canapé du salon, il disait à sa femme qu’il aurait voulu un deuxième enfant.

Sa mère n’a jamais travaillé et s’est toujours occupée de ses six enfants. Après la naissance du petit dernier, elle était grave malade et a perdu l’usage de ses membres inférieurs. Elle était restée très belle et n’avait aucun cheveu blanc. Son visage n’avait pas changé depuis des années. Les personnes qui venaient lui rendre visite ne devinaient pas son âge. Dans son fauteuil gris, elle avait la langue bien pendue et ne se laissait pas faire. C’est elle qui répartissait les tâches entre Tony le grand frère et Marc.

Avec un père malade, une mère handicapée physique et quatre enfants à faire vivre, Tony et Marc savaient très bien qu’ils devraient se battre pour vivre. La petite pension du paternel ne suffisait pas. Et en définitif, ils volaient pour survivre. Les vols à l’étalage, à la tire et de voitures étaient la principale occupation des deux frères. Tous les moyens étaient bons pour les deux frères.

Trois mois plus tard, Marc était arrêté avec son Tony par les policiers qui surveillaient tous leurs faits et gestes. Après le jugement, les jeunes frères de Marc furent placés et ses parents mis dans une maison spécialisée. Il se retrouva dans une famille d’accueil. Sa mère adoptive, journaliste dans un magazine peu connu, lui enseigna toutes les ficelles du métier et quelques notions puisqu’elle adorait également la photographie. Après quelques années, il réussissait ses études journalistiques et se retrouva chroniqueur à la radio par un concours de circonstance. Il travailla également avec des grands comme Monsieur Steve LANG, Monsieur Morgan FROUSS et Monsieur Robert REHG.